Citroën XM

La Citroën CX a 10 ans quand Citroën décide de commencer les études de sa remplaçante. Ainsi, en 1984, le projet Y30 démarre pour ce qui donnera naissance à une nouvelle voiture voulue plus haut de gamme par Citroën où la marque fera preuve de toute son innovation.

 

Le cahier des charges indique une berline bi-corps à traction avant, à moteur transversal et suspension hydraulique qui devra innover encore pour offrir un amortissement variable. Elle sera destinée à la vente en France mais aussi à l'exportation, y compris USA. Le break est prévu ainsi qu'une transmission 4X4. Elle devra obtenir un niveau de qualité et de fiabilité équivalent aux modèles allemands. Enfin, elle devra offrir des côtes d'habitabilité supérieure à celles de la CX, une assise plus haute que celle-ci, correspondant plus à une position haut de gamme. Le tableau de bord devra lui aussi offrir des prestations dignes du segment supérieur avec, notamment, un centrage siège/pédalier qui devra être excellent.

1/30

Après 55 mois d'études et 7.5 milliards de francs investis, la Citroën Xm voit le jour en mai 1989 avec deux moteurs essence (130 ch et V6 de 170 ch qui seront complétées, en 1990, par un moteur essence de 115ch et un diesel de 110 ch. Ses lignes tendues, son profil en forme de flèche surprennent de même que le décroché sur la custode arrière. La Xm détonne dans le paysage automobile par son aspect très moderne et radicalement différent de la concurrence.

 

Élue voiture de l'année en 1990, la Citroën Xm démarre sa carrière commercial de fort belle manière avec près de 20 000 unités dès sa première année suivie par plus de 40 000 unités, en France, en 1990. Fabriquée à l'usine de Rennes où PSA avait investi trois milliards de Francs, elle connaîtra une cadence de production de 550 exemplaires par jour, année record pour la Xm avec plus de 93 000 unités assemblées. Mais, dès 1991, malgré plus de 100 prototypes parcourant, chacun, environ 30 000 kilomètres, de gros soucis de fiabilité, notamment électrique, apparaissent. Si ces problèmes ont rapidement été résolus, la carrière de la Xm sera entachée par une mauvaise réputation bien loin des qualités réelles de la voiture dont Citroën ne parvint jamais à défaire. Citroën s'étant refusé de lancer une vaste campagne de rappel, ce n'est qu'en 1993, année où la marque reconnaît que la Xm est enfin fiabilisée, que Citroën lance l'opération "Xm confiance" mais cela ne permit pas de relancer une production qui avait chuté de moitié en 1992 avec 43 000 unités produites puis 20 000 à peine en 1993.

 

Pour corriger le tir et relancer la Xm qui souffre de la concurrence interne avec la Xantia, Citroën décide, en 1994, de restyler la Xm avec des changements extérieurs minimes (nouvelle calandre, becquet arrière plus fin) mais une révolution à l'intérieur avec une toute nouvelle planche de bord bien plus qualitative et des équipements plus généreux encore. Grâce également à l'introduction de nouveaux moteurs, de nouvelles finitions mais aussi de plusieurs séries spéciales, la carrière de la Xm se poursuit de manière honorable. Par rapport à sa cousine, la Peugeot 605, la Xm ne fait pas grise mine, surtout en Allemagne, où elle se vendra mieux qu'en France !

Elle devient "moderne" à partir de 1997, avec comme équipement des airbags frontaux et surtout latéraux mais aussi les vitres électriques, la direction assistée, l'ABS  et la climatisation, le tout en série sur la finition Exclusive. Bien évidemment, tout cela se traduit par des prix supérieurs à ceux de sa concurrente directe : la Renault Safrane. A partir de 1998 toutefois, le vaisseau amiral de Citroën entame sa fin de carrière, égayée par ailleurs par une série (très) limitée très spéciale : la XM Multimédia (dont je vous propose de relire l'essai ICI).

En Avril 2000, après 12 ans de carrière, la production s'arrête, où elle était produite à seulement 25 exemplaires par jour, dans l'usine de Rennes. Alors que Citroën envisageait 800 000 unités sur l'ensemble de sa carrière, ce n'est que 333 405 Xm qui ont trouvés preneurs, permettant à la marque de faire mieux que Peugeot avec la 605 vendue à 220 000 unités. Ce fut donc une carrière en demi-teinte pour la Xm et Citroën ne lui donnera pas de successeur direct avant plusieurs années et la commercialisation de la C6.

 

Voici les chiffres de production de la Citroën Xm :

1989 : 46282

1990 : 96196

1991 : 49119

1992 : 43487

1993 : 20977

1994 : 20591

1995 : 17800

1996 : 12488

1997 : 9584

1998 : 7534

1999 : 6992

2000 : sortira au rythme de 25 exemplaires/jour jusqu'en avril

Passionnément Citroën - 2020  - Nous contacter

Clause de non-responsabilité de traduction 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon