Auto_468x60.gif

Les actualités Citroën 

Citroën Berlingo Van : Essai de la version Worker



En complément de la structure de gamme habituelle, le Citroën Berlingo Van intègre deux versions métiers : Driver pour les livraisons et Worker pour la construction. C'est cette dernière version de l'Utilitaire de l'année 2019 que nous avons essayée.

Le nouveau Berlingo, lancé il y a quelques semaines et élu Utilitaire de l’année L’argus, est la troisième génération de la fourgonnette Citroën. La première génération est apparue en 1996 et la deuxième en 2008. Extérieurement, le nouveau Berlingo arbore une face avant reprenant les codes stylistiques des autres modèles utilitaires de la marque, mais aussi de certaines autos. Ainsi, le Berlingo reçoit une large calandre au centre de laquelle trône deux grands chevrons. Malgré de nombreuses similitudes, cette troisième génération de Berlingo ne conserve que très peu d’éléments visibles avec la précédente.

Une version BTP aboutie Aux côtés des modèles composant la montée en gamme classique (finitions Van Control et Van Club), Citroën a décliné deux versions métiers, dont une, la Worker, est destinée aux professionnels appelés à intervenir régulièrement sur des chantiers ou à sortir de la route. Cette version dispose ainsi d’une garde au sol rehaussée de 30 mm, d’une plaque de protection sous le moteur et du système Grip Control (contrôle de la motricité en fonction de l’adhérence, avec différents modes) avec Hill Assist Descent (aide à la descente). A cela, le Berlingo Worker ajoute des jantes de 16 pouces associées à des pneus Mud & Snow (215/65R16) offrant de meilleures capacités de motricité en terrain meuble et sur la neige. Sont également compris dans cette finition le plancher de chargement avec un revêtement en plastique, une charge utile augmentée à 1 000 kg et un pack zone de chargement incluant un éclairage renforcé, une prise 12 V dans l’espace arrière et des anneaux d’arrimage à mi-hauteur.

Le Berlingo Worker M affiche un volume utile de 3,8 m3 grâce à la cabine Extenso, qui dispose de deux sièges passagers. Le dossier de celui de droite peut se rabattre, permettant d’embarquer des objets de plus de 2 m de long. Pratique pour les tubes et autres gaines dont ont besoin de nombreux professionnels du bâtiment. A noter à l’attention de ceux qui trouveraient la capacité d’emport de cette version M trop modeste, que cette finition existe aussi en version longue XL.

Les divers équipements du Berlingo Worker permettent d’affronter les environnements boueux des chantiers ou les chemins de traverse aisément, tout en embarquant un maximum de matériels dans de bonnes conditions. A noter que l’indicateur de surcharge, un équipement inédit dans l’utilitaire, n’est pas possible en option sur le Worker.

De nombreux équipements Dans l’habitacle, même si le plastique dur est présent partout, l’ensemble des éléments affichent une bonne finition et une belle qualité d’assemblage. L’œil est immédiatement attiré par le grand écran tactilede 8 pouces du système Citroën Connect Nav (en option), qui intègre le système audio, la téléphonie et la navigation. En dessous, la console centrale accueille les commandes de climatisation (en option), le bouton de commande du Grip Control et, tout en bas, une prise 12 V, très mal placée, mais qui, au moins, est présente. Pour la connectivité, une prise USB est intégrée à la tablette tactile et une autre est présente dans la boîte à gants supérieure, aux côtés d’une prise auxiliaire. Cette boîte à gant est par ailleurs réfrigérée. Le Berlingo ne manque assurément pas de rangements. En complément de cette boîte à gant, les occupants peuvent se servir de celle en partie inférieure côté passager et le conducteur profite aussi d’un espace de rangement en partie supérieure du tableau de bord, ainsi bien sûr que des bacs de portières.

Notre version d’essai, aussi scintillante qu’un sapin de Noël, dispose aussi du pack Safety Plus (alerte d’attention du conducteur, allumage automatique des phares et des essuie-glaces, reconnaissance des panneaux avec recommandation de vitesse, alerte de risque de collision, freinage automatique d’urgence, alerte de franchissement de ligne, régulateur-limiteur de vitesse…), de sièges chauffants, de rétroviseurs électriques, d’une prise 220 V dans l’habitacle, du Surround Rear Vision(caméras de recul et latérale) avec surveillance de l’angle mort. Ce système comprend aussi un écran de contrôle central, en lieu et place du classique rétroviseur. Il permet de projeter une image de l’arrière du véhicule en roulant et lors des manœuvres de recul, mais aussi une image de l’angle mort arrière droit. L’image arrière en roulant n’est pas d’une qualité exceptionnelle, notamment de nuit, mais elle permet d’avoir une idée de ce qui se passe derrière soi, malgré les portes arrière tôlées. Quant à la vision de trois quarts arrière, elle est particulièrement utile dans certains carrefours. Un vrai plus pour la sécurité.

Agréable sur route Le moteur 1.6 BlueHDi répond aux dernières normes environnementales en vigueur grâce à l’AdBlue. Le Berlingo Worker existe avec ce diesel 1.6en deux niveaux de puissance, 75 et 100 ch, et avec le 1.5 BlueHDi 130. La version 100 ch est très homogène du point de vue des performances, tout en garantissant une consommation de carburant raisonnable (6,3 l/100 km lors de notre essai). En revanche, le 1.6 s’avère plus présent dans l’habitacle que le 1.5 de 130 ch. Et la version Worker ajoute des pneus M+S également plus bruyants. Cependant, le Berlingo Worker reste très confortable et même moins bruyant que certaines fourgonnettes concurrentes typées « route ». Autre défaut du Belingo : une commande de boîte qui « accroche » souvent, venant ternir un bel ensemble mécanique.

La tenue de cap est excellente, tout comme le confort, malgré les suspensions renforcées. La direction assistée est douce et précise, le freinage très efficace. Le fait que le nouveau Berlingo repose, pour sa partie avant, sur la plateforme technique EMP2 du groupe PSA, qui sert aussi bien pour le Jumpy que pour des voitures particulières, explique ce comportement routier. Quant à la position de conduite, le Berlingo Worker profite, de série, d’un siège conducteur confort aux multiples réglages. Avec la colonne de direction réglable en hauteur et en profondeur, impossible de ne pas trouver une position de conduite à sa convenance quel que soit son gabarit. Bilan

Le Berlingo Worker est une fourgonnette parfaitement adaptée à son usage d’approche chantier ou, par exemple, de travaux sur sentiers forestiers. Malgré des équipements moins typés confort, il s'avère un ton au-dessus de ses concurrents (ses quasi-clones Opel Combo et Peugeot Partner mis à part, bien sûr) et offre des prestations qui en font la nouvelle référence du secteur.

On aime Les équipements de confort et de sécurité L'agrément de conduite

On regrette La sonorité du moteur Le plastique dur omniprésent


Source : https://www.largus.fr/actualite-automobile/citroen-berlingo-van-essai-de-lutilitaire-de-lannee-2019-9536390.html

209 views0 comments

Recent Posts

See All

Passionnément Citroën - 2021  - Nous contacter

Clause de non-responsabilité de traduction 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon