Auto_468x60.gif

Les actualités Citroën 

Carlos Tavares prédit une année 2019 stable pour l'Europe



Dans le cadre de ses fonctions comme Président de l'Association des Constructeurs Européens Automobiles (ACEA), Carlos Tavares s'est exprimé sur l'avenir de l'automobile et notamment les prévisions de ventes pour l'année 2019.


Après 2018 qui était la cinquième année de croissance, l'ACEA estime que 2019 serait stable voire légèrement en croissance à environ 15 millions d'unités vendues. En effet, 2019 s'annonce comme particulièrement incertaine notamment à cause du Brexit, des restrictions sur les émissions de CO2 et des tarifs douaniers.


Ainsi Carlos Tavares déclare "Nous pensons que 2019 sera très volatile, peut-être stable dans l'ensemble, mais avec des variations significatives selon les stratégies des différents constructeurs, et je pense qu'il va y avoir une grande diversité de stratégies. Compte tenu de ces prévisions de croissance plutôt incertaines, nous devrons tout mettre en œuvre pour préserver la compétitivité de notre industrie, tout en gardant à l’esprit les grands défis à venir. Ceux-ci incluent la réalisation d'objectifs stricts en matière de CO2 pour les VP et les VUL - à la fois pour 2020 et l'après-2020 - la perspective imminente d'un Brexit sans accord et la menace toujours présente des droits de douane américains sur les véhicules importés."


Un défi CO2 plus important encore


Le marché automobile s'étant brusquement retourné envers l'essence, la conséquence est que le niveau moyen d'émission de CO2 augmente alors qu'il baissait constamment depuis une vingtaine d'années. Un problème d'autant plus dur à gérer pour les constructeurs qui, à compter de 2020, devront respecter les 95 grammes de CO2 en moyenne sur leurs gammes sous risque d'importantes amendes. "Pour que ces réductions de CO2 extrêmement ambitieuses soient réalisables, nous exhortons les pouvoirs publics à veiller à ce que toutes les conditions favorables soient réunies, notamment en réalisant les investissements indispensables dans les infrastructures" déclare Carlos Tavares tout en précisant que les ventes des véhicules électrifiées, à peine 2% du marché en 2018, n'est pas assez important pour faire baisser les émissions.


Un Brexit dur serait une catastrophe


A ces problèmes, déjà extrêmement difficiles, s'ajoute le possible Brexit dur qui serait une catastrophe "Nous pouvons tous sentir que quelque chose se prépare pour le pire. Tout le monde se prépare à un résultat négatif" en détaillant les conséquences d'un tel Brexit "La Livre Sterling s'effondrera et très probablement de nombreux constructeurs automobiles devront augmenter leurs prix pour protéger leurs marges, ce qui provoquera un effondrement du marché britannique"




133 views1 comment

Recent Posts

See All

Passionnément Citroën - 2021  - Nous contacter

Clause de non-responsabilité de traduction 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon